En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous permettre et faciliter la navigation sur le site notamment en mémorisant vos préférences de navigation définies au cours de votre session.

Contact

contact@cnebmn.org

Info

Le Collège étudie les problèmes posés par l’enseignement et la recherche en biophysique et en médecine nucléaire et représenter les enseignants de biophysiques et de médecine nucléaire auprès des autorités nationales.

Connexion

Le Docteur Fayçal Ben Bouallègue s’en est allé ce triste lundi 13 mai, laissant tout le département de médecine nucléaire du CHU de Montpellier dans la stupeur et la consternation.

Assistant-Hospitalo-Universitaire depuis deux ans, il devait être nommé MCU-PH en septembre. Fayçal Ben Bouallègue avait rejoint l’équipe de médecine nucléaire du CHU de Montpellier à l’occasion de son stage de master de mathématiques. Il ne la quitta plus, y poursuivant une thèse de mathématiques appliquées à la tomographie par émission de positons, puis s’inscrivant à la faculté de médecine pour y suivre un cursus complet jusqu’à l’internat de médecine nucléaire et l’assistanat. Tous ceux qui ont eu le bonheur et l’honneur de le connaitre et de travailler avec lui vous diront quel individu hors norme il était. Hors norme par sa fulgurante intelligence, Fayçal Ben Bouallègue l’était aussi pour sa sensibilité aux autres et sa délicatesse qui lui conféraient un charme indéfinissable et faisaient de lui un des éléments essentiels de l’harmonie d’une équipe à laquelle il s’était si naturellement intégré. Fortement impliqué dans le développement de notre discipline dans ses aspects les plus variés (cardiologie, neurologie, oncologie, imagerie…), Fayçal Ben Bouallègue était devenu aussi un enseignant justement apprécié et aimé de ses étudiants, et un médecin nucléaire rigoureux, soucieux des patients qui lui étaient confiés. C’était enfin un humaniste complet, mélomane talentueux, artiste à ses heures, et incapable de ne pas s’intéresser à tout ce qui est humain. Son départ prématuré constitue une perte immense pour notre discipline hospitalo-universitaire, pour le département de médecine nucléaire du CHU de Montpellier, pour tous ceux qui l’ont approché, et pour ses plus proches amis et parents. Puisse-t-il reposer en paix, entouré de Justes.


Pr. Denis Mariano Goulart